Essence perdue

Femme en terre, cadavre exquis d’arbre à sourire

L’odeur de fente serpente mâle et flétrie

Blanche-Neige veut ton corps beau nappé de cire

Le goût des lèvres de ton corps sage m’oublie.



D’âme en terre, festin funeste aux vers poètes

Les bruits d’oreilles grignotent les culs de prêtres

Sainte enjambée, mal et plaisir au vu des bêtes

L’illusion de l’œil travaille à vaincre son maître.



Larve en terre, destin marbré couvert de cendres

L’ennui se couche sur ta peau qui me quémande

Glauque reine, contemple bien ces mots te fendre

Ta pâle essence de mes nuits devient la viande.

Ecrit par Schizombre
Tous droits réservés ©