Sur les chemins de la vie

Sur le chemin de la vie

Un jour de froid rabougri

Ai croisé quatre arbres gris

Au regard parfois blanchi



Le premier parlait tout bas

Il disait toi que voilà

Dis moi pourquoi tu es las

Alors que moi je suis là



L’arbre en éventail pleurait

N’ayant pas su consoler

De ses palmes étoilées

Le voyageur apeuré



Celui fier comme un grand mat

N’était que galimatias

Et de moi ne faisait cas

Il préférait les choucas



Taisez-vous donc les amis

Ecoutez la mélodie

De l’arbre en hiver fleuri

De bleuets de fantaisie

Ecrit par Franny
Tous droits réservés ©