Le balcon du sentier

Sur la ligne de crête, à niveau d'écureuils

La ramée soupoudre le balcon du sentier

Un jet de piment or couve un feu d'orpiment

Un sang rubis s'écoule aux flèches du cobalt.



La forêt a ouvert le livre de la vallée

En bas des feux follets s'allument entre les feuilles

Les lèvres du soleil entrouvrent des prunelles noires

L'échine fauve du vent plisse la chair de l'eau



Chaque arbre touche le ciel de sa corde tendue

Toute la futaie vibre, le vent joue de la harpe

Dans le taillis voisin monte l'appel du hautbois

Une harde de velours empreinte l'ombre d'une sente.




Ecrit par Vespertilion
Tous droits réservés ©