La mer le chante encore...

La belle de l’eau qui dort

Aime fort et sort du flot mort

Trempée de ses chimères

Sa chair lui fait la terre



Au seuil du brouillard couard

Les regards sont poignards

Pour une amante infante

Pour une ardente errante



S’enfièvrent fiers ses rêves

Un trouvère est sa sève

Le perdre à peau d’eau

Taire en terre et tombeau



Sa chair lui fait la mer

Amante n’est pas amère

Aime à tort sans remords

La mer le chante encore



Ecrit par Vespertilion
Tous droits réservés ©