Les sentiers tracés



Te souviens-tu chéri, t'en souviens tu encore

Quand tu prenais ma main, que tu me disais viens,

Hâtes toi mon amour car l'amour n'attend pas ..

.

Tu refermais la porte et tirais le rideau

Fermons les yeux chéri , fermons nos yeux

Nous les réouvrirons quand nous aurons cent ans

Les ans passent si vite, savourons cet instant

Où notre amour murit hors des sentiers tracés



Vois ces roses blanches qui redressent la tête

Savent-elles que demain leurs pétales flétris

Un à un couleront en larmes de velours ?



Les ans passent si vite, savourons cet instant

Où notre amour murit hors des sentiers tracés

Ecrit par Danidouce
Tous droits réservés ©