Plait-il le désir !

Un soleil rouge comme un mandala,

Dans tes cheveux, deux lunes argentées ;

Ciel orangé aux lèvres effrontées,

L’éclat du teint, la bouche en chocolat !



J’ai l’air d’un koala à une tombola

Croquant de la kola !



Un palmier d’or sur une robe en fleurs,

Un gros sein nu comme une tomme rose ;

De la craie blanche, écume sur l’osmose,

Cordier d’ébène au-dessous des souffleurs.



Je connais un golfeur à côté de Honfleur

Qui est un gros ronfleur !



Une peau d’art sur les voiles du temps,

Baisers des yeux sur les mers fabuleuses ;

L’aigue-marine a des vues aguicheuses

Telle une eau vive aux voyageurs contents.



Seuls les intermittents reviennent en chantant

Singer les pénitents !



Le sable blond tombe sur le réel,

Une joue ronde où dort une caresse ;

Une lagune au cœur de la paresse,

Petit bateau autour de l’archipel.



Je suis un immortel sur des crayons pastels

Aux désirs sensuels !



Vagues d’été au parfum de lilas,

Épaule nue à l’abri d’une ombrelle ;

Des arcs-en-ciel sur une étoile frêle,

Une mariée et tout le tralala !



Je suis un chinchilla dedans un mandala

En tenue de gala !

Ecrit par Guegham
Tous droits réservés ©