Eclaboussure.

La roche sauvage

Ramassent les couteaux

La nuit sans âge

Claque sur le tableau

La lumière à l'étage

Hurle son oeil électrique

Les sirènes et leurs trafics

Grugent en persiflages



Une vague enlace le néant

Au miroitant des souffles

S'affirme le saccage brillant

Pics ô combien transparents

L'écume se boursouffle

Ne dévoilant de son rivage

Que son propre enrobage...!



Ecrit par Solene
Tous droits réservés ©