Mon coeur, Mon coeur....

Mon coeur , mon coeur tu t'es donné

Sans calcul jusqu'à t'égarer :

Es-tu si gros que tu ne tiennes

En moi et baignes d'autres veines ?

Mais tu reviens déçu , peiné ,

Fatigué , las , jusqu'à penser

Au célibat .



Mon coeur , mon coeur tu t'es donné

Sans calcul et sans intérêt ,

Léger à te sentir des ailes

Pour fuir de ma poitrine frêle ,

Mais tu reviens triste , blessé

Sanguinolent jusqu'à penser

Au froid couvent .



Mon coeur , mon coeur tu t'es donné

Comme cette heure demandée ;

Es-tu stupide à t'entêter

De battre sans une têtée ? (1)

Et tu reviens vide et défait ,

Un goût acre dans le palais

Qui vaut le cloître .



Mon coeur , mon coeur tu t'es donné :

A t'investir en ton entier ,

Aurais-tu donc perdu au change

A la bourse de tes échanges

Mais tu reviens désenchanté,

Par la défaite à espérer

Une retraite .



Mon Dieu , mon Dieu , savez-vous qu'est-ce

Qu'une vie sans rien de tendresse ?

Faîtes alors qu'un brin d'amour

Pousse au beau milieu de ma cour

Mon coeur rend l'âme et sa rancoeur ;

Plus une flamme et de douceur

Sans toi ma femme ! (2)





Pour une version féminine lire en

1- Sans un seul baiser

2- Pour nous les femmes.




Ecrit par Louis Vibauver
Tous droits réservés ©