Je ne sais quelle rêverie

Au-dessus des nuages gris

Un cri raye comme une erreur

Ce qui me tient toujours à cœur

Ô douce paix de mon esprit



Lors mon gros bazouka repris

J’ai descendu le noir chasseur

Qui plongeait sur mon caboteur

Salut d’émigrants amaigris



Ce triste devoir accompli

J’ai repêché Sieur l’agresseur

À la patouille mort de peur

Et nous avons bu le wiski



Sous les you-you et les youpis

À la santé des sauveteurs

Réfugiés de tous pays

C’est pour vous que battent nos cœurs



Un cri raye comme une erreur

Je ne sais quelle rêverie

Magique et pas qu'en théorie

Car elle me porte bonheur...

Ecrit par Leonard
Tous droits réservés ©