Kallistea

A potron-minet, d’une chaude matinée,

Une poétesse a éclos d’une coquille

Livrant de son âme la coquine beauté,

A ses pieds, se tordent toute une armée d’anguilles.



Kallistéa chante Cyrnos et ses amours

La saine amitié, tordant le cou aux kabbales

Mais de son sac à malices, sort bien des tours :

Des pets d’âne et du crottin fumant d’une cavale.



Ecrit par Ann
Tous droits réservés ©