Mer divinisée



Sur la plénitude de la mer, j'extra-vaguais,
Va et vient sur des accords de partition
Joués par un magicien , navigateur inspiré
Je gambergeais en généreuse déraison.

Rêveuse, enracinée dans mon Univers,
Les fables , en expédition m' accompagnaient,
Poétes vous avez su me mettre la tête à l'envers
Jours de tempête avec les veuves , je tremblais.

S'immiscent les sirènes et muses de la mer,
Lascives sur le flanc d'une vague séduisante,
Exclusives, mais fautives de bien des revers
furent le tombeau de marins, alanguissantes.

Mer , tu m'attirais en poésie sur tes flots bleus,
Le seul voyage fait par necessité absolue
Me laisse un arrière goût malheureux
D'amertume et de déchéance absolue.

Je ne t'interpellerai plus qu'en peinture.
En imagination perfide, les tempêtes j'affronterai
En ce qui me concerne " Fluctua nec mergitur "
Assise, t'explorant devant mon chevalet !

Salut à mon cher Victor qui m'a tellement bouleversée, petite fille terrienne absolue :)


Ecrit par Arcane
Tous droits réservés ©