La plage

Sur une serviette éponge tel un tapis volant
Qu'il est doux de rêver le sable pour oreiller
Le bercement des vagues nous aident à sommeiller
Comme en tous lieux propices à la navigation
telles ces voiles blanches en route vers les îles
Comme éployant leurs ailes s'envolent les oiseaux blancs
Notre esprit libéré de toutes obligations
Rejoint le ciel d'azur séjour des immortels
C'est si bon d'être seul sans être surveiller
la présence de l'eau fait que le cœur s'exile
Court sur la vaste mer vers un meilleur asile

Alain

Ecrit par Recreation
Tous droits réservés ©