Les passants

à vous passants inconnus
depuis cent ans vous ne savez plus
ce jour là vos deux ombres étaient figées
plus légères que les pierres l'eau et la ferraille

vous alliez
d'une rive à l'autre
d'un monde à l'autre
passants devisant de concert

les pêcheurs pouvaient pêcher
les mariniers pouvaient bien s'amarrer
les enfants pouvaient bien rire et plonger dans l'eau
de quoi parliez vous si sérieusement pour marcher de la sorte ?

passe encore
passent les jours
passent nos peines
vous étiez bien compassés

deux ombres
qui passent et s'en vont
retournent au pays des ombres
mais nous envoient une carte postale

Ecrit par Imago
Tous droits réservés ©