Marée noire

Comme les sentinelles

des roches et des plages,

quittant leur port d'attache

réverbères miradors,

ils partent pour un constat

aux odeurs de mazout

les beaux oiseaux.

Leurs ailes qui au flot bleu

se colorent du ciel,

reflètent visqueuses vagues

courant au sables blonds.

Leurs plaintes au vent se perd

en sillage de tristesse

et leur vol devient lent

au retour vers les quais.

Pas de barques frôlant le granit:

les marins sont là bas,

sensibles à leurs alertes

et ils voient s'envahir

l'escale de leurs pêches.

Où sont les gais retours

en tintamarre de plumes

montrant aux mareyeurs

que les cales étaient pleines ?

Ils reviendront ces jours

où les oiseaux de mer

feront honneur aux mannes argentées!.......

Ecrit par Ghis
Tous droits réservés ©