Demain...

Il faudra bien revivre

pourtant

Après l'horreur, après l'indicible

pourtant

Il faudra bien revivre...



Mais comment oublier

la fêlure, la faille

qui a fendu la terre

autant que l'espérance ?

Mais comment apaiser

ces larmes et ces cris

qui ont jailli des coeurs

tout autant que des corps ?



Dans l'océan de bleu

entre les pierres grises

on pourra retrouver

un jour,

demain,

peut-être

une fontaine pure

où se laver les yeux

de l'inimaginable, de l'incommensurable

une raison,

encore,

peut-être



de croire en Dieu...

Ecrit par Sucre et sel
Tous droits réservés ©