Accueil
Lespoetes.net Podcast / Emissions : Un poème / (22 - 23) Des Atlantes qui ont rapide quitté leur terre / Al.Kiriyatskiy
        
   
(22 - 23) Des Atlantes qui ont rapide quitté leur terre / Al.Kiriyatskiy
par Kiriyatskiy




Mars attendait la peine pour son haut intellect De sa vie tuée là, sous son horion. À l’écart des époques, leur sacrifice abject Reflétait l’explosion de Phaéton. Les martiens hexapodes possédaient leur cerveau Raisonnable cadeau d’atmosphère, La planète rouge cache les pyramides, ses caveaux Ont prévu ce décès en enfer. Ils avaient quitté Mars avant un coup du météore À l’année du réveil des volcans. Sont parti au noir cosme, qu’il les améliore Tous... et nous crée ses intelligents. La vie priait Phaéton de ne pas s’exploser Qu’au futur ne s’engendre pas l’homme Que ses soixante cinq millions d’année proposées Aient tenu Mars vif aux astronomes. Qui aura la conscience de Terre?... Le savait Mars, donne ce visage au troglodyte. Entre les roches, ses ouvriers l’ont gravé À ses extra-martiennes proches visites. Mais la mort de Phaéton a choisi notre gens Et elle a abordé ce ciel chaud. Les tombées des Bolides ont drainé chaque océan De tout Mars qui rappelle un Cachot. Ils dirigent et maudissent notre âme par nul coeur À l’égal des aveugles «amis». De ce temps, conduisent à Jupiter, tirent nos fleurs. À son onde sOmmes nous soumis. Les atlantes, partielles raisonnables et fières, Enseignaient les mutants sans dure paix. Seul Saturne Patrie trouve l’abîme des affaires Aux têtes pour y développer. Deux flux des électrons, le jeu des hexapodes Détestait notre gens. Nos avers Sont, pour eux, sans visages, alors que les périodes De nos vies passent courts et non divers. Les martiens descendants enlevaient, sans clarté, L’homme du singe sauvage sans prière: Pour faire nous, où Dieu veut sa même neutralité De deux signes aux limites en matière. Les insectes de Mars envoyaient plusieurs mers Des mauvaises particules à nos seines. À tes fentes étroites, coulent les fleuves des enfers. Qu’en bateau sa raison sûre s’éteigne. L'ordre filtre ce sort par le fond et réveille L’or partout. L’on n’avait aucun choix. Lors, l’écran protecteur débarrasse du sommeil. L’autre monde l’Attend la claire Foi. Par son âme, Phir survole vers Aüm cette nuit lente, Au dessus de l’océan au palais. À la vie sans ce mal n’était pas prêt Atlante. Dans ses mains, Phir ne prend pas sa clé. Les mutants ne comprennent nul de leurs livres lus. Donc, la barbe d’Aguive n’est pas Dieu! Quel cerveau primitif blasphémait Absolu Par le culte sauvage très odieux! Qui, il y quelque temps, est sorti des cavernes, En voyage à Vénus exclamait: «Mon misère feu de champ et son dieu en caserne Ne seront plus, de moi, honorés! Je pensais que ce cosme est bleu, c’est son brai! Ses péchés règnent sur tout l’Univers. Il est froid au pire loup en esprit noir! C’est vrai, Où l’espace s’élargit par l'«hiver».


Emission postée le 05/08/20

 Artiste
Kiriyatskiy



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.