Accueil
        
   
Revolution
par Haddock




Comme le vent souffle fort sur cette colline Pour un ciel nuageux, marchent les goélands Oisillons peureux et malheureux plein d'allant Cherchant désespérément des yeux qui devinent Piètres sont les bateaux venant dans leur halage les pourritures des poissons peu cher pêché La faim vient lentement après avoir jeûné Pauvre matelot sans souvenir de leur âge Comme il est aisé d'oublier que la famine Des ailés et des paysans de la colline Par le travail ont déversé les larmes rouges Qu'une terre et qu'une mer plus jamais ne bougent Par delà les hameaux et les châteaux dominent Le peuple crie prenez garde la Mazarine


Emission postée le 15/04/22

 Artiste
Haddock



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.