Accueil
Poésie d'hier / Roméo & Juliette
           
Poésie d'hier / Roméo & Juliette
       
Poésie d'hier / Roméo & Juliette

Roméo & Juliette
par William SHAKESPEARE


par Jim


Roméo amoureux, non d'Ophélie qu'il n'a encore rencontrée, mais de Rosaline qui n'en veut point, confie son tourment à Benvolio, dans son langage typiquement énigmatique et saturé d'oxymores. Benvolio Good morning, cousin. Roméo Is the day so young ? Benvolio But new struck nine. Roméo Ay me me, sad hours seem long. Was my father that went hence so fast ? Benvolio It was. What sadness lengthens Romeo's hours ? Roméo Not having that which, having, makes them short. Benvolio In love ? Roméo Out... Benvolio Of love ? Roméo Out of her favour where I am in love. Benvolio Alas that Love, so gentle in his view, Should be so tyrannous and rough in proof ! Roméo Alas that Love, whose view is muffled still, Should without eyes see pathways to his will ! Where shall we dine ? - O me ! What fray was here ? Yet tell me not, for I have herad it all : Here's much to do with hate, but more with love : Why, then, O brawling love, O loving hate, O anything of nothing first create ! O heavy lignhtness, serious vanity, Misshapen chaos of well-seeming forms, Feather of lead, bright smoke, cold fire, sick health, Still-waking sleep, that is not what it is ! This love feel I, that feel no love in this. Dost thou not laugh ? Benvolio No, coz, I rather weep. Roméo Good heart, at what ? Benvolio At thy good heart's oppression. Roméo Why, such is love's transgression. Griefs of mine own lie heavy in my breast, Wich thou wilt propagate, to have it pressed With more of thine. This love that thou hast shown Doth add more grieef to too much of mine own. Love is a smoke maid with the fume of sighs : Being purged, a fire sparkling in lovers' eyes : Being vexed, a sea nourished with lovers' tears. What is it else ? A madness most discreet, A shocking gall and a preserving sweet. Farewell, my coz. Benvolio Soft, I will go along : And if you leave me so, you do me wrong. Roméo Tut, I have lost myself, I am not here, This is not Romeo, He 's some other where. Benvolio Tell me in sadness, who is that you love ? Roméo What, shall I groan and tell thee ? ****************************************************** Benvolio Bonjour, cousin. Roméo Le jour est-il si jeune ? Benvolio Neuf heures juste sonnées. Roméo Les tristes heures sont longues. N'est-ce pas mon père qui vient de partir vivement ? Benvolio C'était lui. Quelle peine allonge les heures de Roméo ? Roméo Ne pas avoir ce qui, si on l'avait, les rendraient brèves. Benvolio En amour ? Roméo Hors... Benvolio D'amour ? Roméo Hors des faveurs de laquelle en amour je suis. Benvolio Hélas, qu'Amour si délicieux à notre vue, Si tyrannique et rude à l'épreuve se montre ! Roméo Hélas, qu'Amour dont le yeux sont bandés Puisse sans yeux voir le chemin des désirs ! Où dînons-nous ? - O Dieu! Quelle était cette bagarre ? Ne me dis rien, car j'ai tout entendu : Combien ici a t'on à faire à la haine, mais plus encore à l'amour : Quoi donc, O amour braillard, O amoureuse haine, O toutes choses d'abord enfantées de rien ! O lourde légèreté, sérieuse vanité, Chaos difforme aux belles apparences, Plumes de plomb, fumée lumineuse, flamme glacée, santé malade, Sommeil qui toujours veille, qui n'est pas ce qu'il est ! Voici l'amour que je ressens, ne sentant nul amour en cela. N'en ris tu pas ? Benvolio Non, cousin, je pleure. Roméo Que pleures-tu, bon cœur ? Benvolio L'oppression d'un bon cœur. Roméo Voilà, telle est la transgression d'Amour Car mes peines d'amour pèsent lourd sur mon cœur Et tu vas les grandir en les pressant encre Avec les tiennes ; car cet amour que tu me montres Ajoute plus de peine encre à mon trop de peines. L 'amour est une fumée formée des vapeurs de soupirs : Purifié, c'est un feu dans es yeux des amants, Agité, une mer nourrie des larmes des amants ; Quoi encore ? La folie la plus sage, Le fiel qui nous étouffe, la douceur qui nous sauve. Adieu, mon cousin. Benvolio Doucement, je te suis : Car tu me ferais tort en me laissant ainsi. Roméo Hé, je me suis perdu moi-même, je ne suis pas ici, Ceci n'est pas Roméo, il est quelque part ailleurs. Benvolio Dis-moi sérieusement, qui aimes-tu ? Roméo Quoi, me faut-il gémir et te le dire ?

Acte I, scène 1
Traduction à 99% de Pierre Jean Jouve et Georges Pitoëf (Club français du Livre – 15/11/1962).


Poème posté le 07/03/21 par Jim



 Poète
William SHAKESPEARE



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Interprète
Jim



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'interprète (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.