Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / BAPTEME / Son dernier baptème

Thème du mois / Tous les thèmes / BAPTEME / Son dernier baptème

Thème du mois / Tous les thèmes / BAPTEME / Son dernier baptème

Son dernier baptème
par Banniange
Highslide JS
par Banniange

Gustave Moreau (1826-1898) L'Apparition Aquarelle H. 106 ; L. 72,2 cm Grand Palais (Musée d'Orsay) par Gustave MOREAU
Illustration proposée par Banniange

Notice: Undefined variable: connecte in /home/rickways/lespoetes.net/poeme.php on line 262


Hérode contemplait les flots bleus des sommets, Les brumes flamboyaient en dévoilant l’aurore, Monstrueux, un œil rouge apparu sur Endor Antipas frissonna, quitta le parapet Et il se rappela ces prunelles de feu, Cette voix grondante, ce doigt accusateur Qui venait du désert haranguer les pieux, Dénoncer l’adultère, révéler les horreurs. « Danse ici Salomé, danse serpent fugace, Danse sarabande de ces désirs atroces ». Hérode, Hérodiade et cet autre Hérode* Ne formaient-ils donc pas un Cerbère hideux, Où chacun imitait ce que l’autre, envieux Cherchait à obtenir dans ce qui se dérobe ? Un infernal ballet, un théâtre cruel, Une dramaturgie où le mal étincelle, Devenus tous rivaux, guidés par le destin, Ils se voulaient divins et n’étaient que pantins. « Danse ici Salomé, danse poisson vorace, Danse sarabande de ces désirs fugaces ». Enfants des ténèbres, il vous fallait cacher Ce verbe lumineux venu vous tarauder, Vous l’avez enclos dans la fosse de l’oubli Espérant échapper à son puissant mépris Mais comme le scorpion qui répand son venin, Dans vos coeurs endurcis, son logos souverain Creusait avec douleur une plaie incurable D’où sortaient purulents vos péchés exécrables Que la myrrhe et l’encens ne pouvaient dissiper Tant l’odeur de vos crimes continuait de régner. « Danse ici Salomé, danse poussin féroce, Danse sarabande de ces désirs voraces » Un festin somptueux pour simuler la paix Où la haine polit le fourreau de l’épée, La pucelle avance, se trémousse et sautille, Flamme ensorcelante qui sature l’envie, Il faut à Hérodiade, à ses autres sosies Un digne sacrifice où périt l’innocent, Ils seront apaisés pour encore un moment Et vice suprême, c'est une enfant** qui le crie! Sa tête sur un plat acheva le banquet, C’est dans son propre sang que Jean fut baptisé.

* Le premier mari d'Hérodiade dénommé Philippe s'appelait aussi Hérode...<br />
<br />
** On estime que Salomé devait avoir 12 ou 13 ans.


Poème posté le 01/09/16


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)






.