Accueil

Fugue
par Nihilisteo
Highslide JS
par Ancienmembre

les âges de la femme par Gustav KLIMT
Illustration proposée par Ancienmembre

Notice: Undefined variable: connecte in /home/rickways/lespoetes.net/poeme.php on line 262


La grande fugue Je ne puis entendre sa voie. Je crie je hurle à tue-voix, Où les sons sont sans sens, Dans un mode de silence. Elle me traîne par la main. Me montre le chemin Efforts en vain, je m’égare très loin Et ses mots si doux de petite mère, Viens mon fils, on va chercher ton père, Pour te chérir et guérir tes tintouins . Le cœur est triste et sombre et plein d’angoisse. A quoi bon s'attarder au bord de la mer Sur le coucher du soleil quand la mère est amère Je me glisse dans la cale d’un bateau Attendant le grand voyage pour très bientôt. Le cœur est triste et sombre et plein d’angoisse. Et les voilures se hissent et se dressent plein le vent, Rêve d’enfant de prendre le large et d’aller vers l’avant Fugue heureuse ou coup de mauvais sort et de poisse, Une voix, au loin, s’élève. Terre en vue sortez vos glaives, Préparez-vous frères pirates, frères de la côte : A l’abordage Pas de quartier, coup de Trafalagar sur tous les rivages. Je sens une main salvatrice m’arracher de mes mauvais rêves. Un sourire lumineux et une voix qui s’élève. Réveille-toi mon fils il est l’heure pour te préparer Je suis revenu de mon voyage nocturne, l’air un peu égaré. Nihilisteo 06/09/2017



Poème posté le 06/09/17


 Poète
Nihilisteo



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.