Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / CRI / Amerika, Amerika*

Thème du mois / Tous les thèmes / CRI / Amerika, Amerika*

Thème du mois / Tous les thèmes / CRI / Amerika, Amerika*

Amerika, Amerika*
par Banniange
Highslide JS
par Banniange

The Knock Out par Georges BELLOWS
Illustration proposée par Banniange

Notice: Undefined variable: connecte in /home/rickways/lespoetes.net/poeme.php on line 267


*Le titre fait allusion au chef d' oeuvre d'Elia Kazan, la présence du K au roman initiatique de Franz Kafka, ce long poème est largement inspiré par la chronique de JP Dubois : "L'Amérique m'inquiète", témoignage inquiétant s'il en est... Elle contemple au loin cette houle sauvage Et se remémore des sinistres naufrages, Des spectres accrochés aux brisants meurtriers Tandis qu'ils peinaient à saisir leur liberté. Et sa flamme balaie les affreuses ténèbres Qui recouvrent le ciel de leurs ombres funèbres, Jamais, pourtant, elle ne regarde les terres Vers ce troupeau humain que la démence enferre. Amerika, Amerika, vois-tu une âme ? Les bisons massacrés maintenant te condamnent, Les lumières n'éclairent qu'un masque hagard, Un pantin grimaçant au fond d'un lourd brouillard. A Wako, un messie défoncé se déchaîne, Il asperge les pubères de sa guitare, Orne le mont Carmel de charognes de hyènes Et se fait dézinguer comme une superstar. Les MOM, ces paranos sucent des bazookas Et trament à Noxon un autre ordre mondial. « Jésus était sans arme, il fit le mauvais choix». Gronde ce grand prophète à la lippe létale. Les sidéens sans sou en phase terminale Accourent soulagés à Living Bénéfits, On rachète au rabais leur police vitale Qi'ils avaient contractée en crédule termite. Six millions de piastres pour ces soirées hurlantes, Quand des gladiateurs se tabassent sans frein Dans leur cage dorée où suinte ce sang vain Que viennent aspirer John Doe et ses bacchantes. « Ecoute ton plaisir » dit Joan la saphique A Craig le puritain, devenu priapique, Il porte plainte contre la conférencière Qui secouait des godes de façon outrancière. Amerika, Amerika, dans les égoûts, Des scaphandriers fous vont vider tes entrailles, Des cadavres flottants tout gonflés de ripaille Se souviennent du temps quand ils dansaient debout. Quand Louis Castleberry grille ses Gunsmokes Dans ce brûlant Mojave où flambent les saucières, Ely Callaway, en grand conchiant milliardaire Vend des cannes de golf aux acteurs de Greystoke. A Lunar Ambassy, un ventriloque aphone Fournit des bouts de lune aux pieux Yéménites, « Bientôt, ils seront là, nos divins sélénites », Martèle un Napoléon à tous ces épigones. « On peut te kidnapper, si tel est ton désir Et même d'humilier si ça te fait jouir », Vidéo Games pratique ainsi l'enlèvement De neurasthéniques tout à fait consentants. Construire des prisons pour sauver la cité Tel fut le rêve fou de la maire Carter Et Canyon City devenue ville prospère N'a plus un seul chômeur sinon les prisonniers. Dans le couloir des morts, au moment de clamser On désangle Harris, la scène est reportée, Question de procédure, il faut s'y conformer, La torture par l'espérance, chouette idée ! Amerika, Amerika, tes monts Rushmore Se fissurent comme un lamentable décor, La pierre angulaire a rejeté tes idoles, Ton eau bénite à l'odeur d'une infecte gnôle. Dorian.J.Dreher a perdu la finale Du concours de prêche pour apprenti-pasteur, Enceinte, sa mère, bigote endocrinale Diffusait dans son ventre les lois du Seigneur. Une journée d'enfer attend les pèlerins, Ils sont venus nombreux visiter la House Hell, « Six dollars cinquante » et vous verrez, mes fidèles Ces péchés gluants qui vous éloignent du Bien ». Mais si vous souffrez de grands troubles dysphoriques Que d'Hector vous vouliez vous changer en Gilda, Allez donc consulter doc Biber l'euphorique Grâce à son bistouri, il vous fera diva. Voulez-vous assister à la crucifixion Avec Marie-Madeleine accolée aux larrons ? Venez à Holy Land, l'esprit saint s'offre à vous Dans un Jaffa hot dog que l'on prie à genou. Satan est expulsé par le sermon d'Hanus Dans la ville d'Inglis qu'il avait dévoyée, Tous se sont repentis à l'ombre des prunus Près d'une centrale trop radioactivée. Amerika, ta foi n'est plus qu'un lupanar Où se vautrent des clercs convertis en braillards Conjurant l'Antéchrist par leurs prônes bavards Qu'ils ont enfin piégé au fond de leur miroir. Amerika, dans le désert du Nevada, Une sonnerie retentit de la cabine, Un voyageur répond à une voix chagrine, Pour un instant, ils oublient leur anonymat. Quand souffle un vent froid vers la baie de Manhattan Qu'une pluie hargneuse s'abat sur les platanes, On entend quelquefois en plein coeur de la nuit Un cri : « Eli ,Eli, lama sabachthani? ». Amerika, Amerika, dans tes Sierra, Les ombres des cactus se projettent en croix.

Ce poème est dédié à une immense poétesse de ce site, Violette

Poème posté le 21/09/18 par Banniange


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)






.