Accueil
Poésie libre / Trotteuse
              
Poésie libre / Trotteuse
         
Poésie libre / Trotteuse

Trotteuse
par Salus


J’envie, au temps, l’immobile immersion - Parfois, voir au-dessus des crêtes Serpenter l’existence, certes, Fait connaître, âpre, une altière émotion ; Or les lucidités sont traîtres Et leurs amours pleines de spectres ! J’avais désir d’un grand hymne animal, Mais mon humanité foncière A poussé, dans la fondrière, Le bon, qui m’avait donné tant de mal ! Et l’insane humaine âme fière Fut tout le peu que j’ai su faire. J’aurais voulu connaître d’être oiseau, Que le plané, seul, m’interpelle ; La nuit loin de la terre est belle, Que je sois air, brume !… et que je sois eau ! Féal de la grande Cybèle ! Vieux, j’ai perdu le gain vrai des instincts. - Printemps en aucun cas ne dure ; Ebauché, l’on n’était qu’épure, … Et les derniers feux sont déjà distincts ! La vie unique est de mort sûre ; Brève et brûlante ardeur, morsure ! D’inconscient, qui ne sache sa fin, Il n’est pas ! Aucune âme preste N’ignore : aucune âme ne reste ! C’est dans le vol liquide du dauphin ; C’est dans la longueur de la laisse, C’est chacun qui meurt ou se blesse… Puis, le bonheur de s’étendre au soleil. ________________________________



Poème posté le 07/03/18


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.