Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / MOURIR / Les eaux dormantes

Thème du mois / Tous les thèmes / MOURIR / Les eaux dormantes

Thème du mois / Tous les thèmes / MOURIR / Les eaux dormantes

Les eaux dormantes
par Fregat


Quand transi, couché à l’horizontale, Mon corps défunt vivra l’allargando De la lente symphonie pastorale Qui tressaille, la nuit, sur les ruisseaux, Entre mes quatre planches couleur parme Sans vie mais heureux, je t’écouterai Défendre l’homme que je fus, sans larme, Devant tous ceux tentés de m’encenser. A l’heure où retentiront les cloches, Pointant mes talents, scandant mes défauts, Des autres, qui bruisseront de reproches, Ton absence gênera les propos. Car toi seule verras, au plus profond, De sous le vent tiède des bavardages, Fleurir les joncs, les roseaux de mon nom Penchés, c’est vrai, le long de marécages. Et quand de leurs brumes tu tireras Ces textes lancinants, ces vieux poèmes, Que j’écrivais, que je ne t’offrais pas, Tu comprendras ma souffrance. Je t’aime A frémir toujours, sous des eaux dormantes, A t’écrire, sans pouvoir reposer, Tant que, agenouillée, éblouissante, Sur mes rives perdues, je te verrai.



Poème posté le 22/11/14


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.