Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / SILENCE / Le fauteuil du salon

Thème du mois / Tous les thèmes / SILENCE / Le fauteuil du salon

Thème du mois / Tous les thèmes / SILENCE / Le fauteuil du salon

Le fauteuil du salon
par Fregat


Il y avait quelqu’un Une lumière, Un livre, Un être d’exception, Sur le fauteuil vide, Au fond du salon. Des souvenirs affleurent... Il aimait l’esprit, la littérature Malgré ses maigres études, Les plaisirs simples de la vie, Autour de son épouse, Qu’il comblait d’un véritable amour, De ses six enfants qu’il portait Dans le secret pudique de son cœur Où bien souvent Se mélangeaient les prénoms, De son potager et de son verger, Objet de soins adroits, De tant d’attentions Qu’ils forçaient l’admiration des voisins, De ses amis fidèles qui aimaient le charrier Sur le sport et la politique Autour d’un jeu de cartes, De fumée et de jurons… D’autres aussi, plus cruels, Où se mêlaient des histoires tristes Surgies d’un passé de douleur, Des chansons déchirées D’un pays d’exil qui ne fut pas le mien, Des silences sillonnés de larmes Sur ses traits creusés, Burinés par le soleil implacable des maçons, Et sévèrement châtié Par des épisodes récurrents d’insomnie. Je le revois, les yeux brillants, Maillon central de cette union familiale Tressée de cheveux bruns, blancs et dorés, Clamant dans son français écharpé, Verre fier à la main, Le début des festivités… Au milieu des rires, Je chercherai le sien. Il manque tant cet ami, Mon père, Papa, A ma vie, A cette maison, Et puis à ce fauteuil fidèle, Tout au fond du salon.

Pour le cinquième anniversaire de ton départ, Papa.

Poème posté le 19/12/14


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.