Accueil
Poésie libre / Une décadente trinité
              
Poésie libre / Une décadente trinité
         
Poésie libre / Une décadente trinité

Une décadente trinité
par Claudel


I Argent ! Radin avare au métal froid, Vidange tes tirelires souillées De sales feintises et durs effrois. Fraudeur fourbe, tu nous as dépouillés Comme de jeunes poulardes blanchies ; Alors, qu'attends-tu pour nous zigouiller ? Boursicoteur, ah ! Tu t'es enrichi Sur notre dos ; tu as volé nos biens, Nos âmes, nos cœurs de mamamouchi. II Sexe ! Farfadet du plaisir pubien, Adorateur des fortes sensations, Ami de l'argent… faste lesbien. Tu es un coulis de masturbations Servant le monde et la pornographie ; Ta grande phobie, c'est la castration. Couronné d'une épaisse Aura bouffie, Tu gangrènes l'humanité entière Attirant vers toi haine et rififi. III Pouvoir ! Grand dieu d'aujourd'hui et d'hier, Divinité profane et politique, Tu nous as ceinturés d'une guêpière. Tu opprimes notre morale éthique ; Tu bâillonnes nos franchises, nos droits ; Tu piques notre sang telle une tique. Aidés de tes deux amis petits rois, Le sexe et l'argent, vous formez ensemble Le plus grand des stupides désarrois.

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / avril 2018

Poème posté le 06/04/18


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.