Accueil
Poésie libre / Equipollence
              
Poésie libre / Equipollence
         
Poésie libre / Equipollence

Equipollence
par Salus


Bien des gens cultivés sont médiocres, Et quelques analphabètes, non ! Malgré Dieu, de bonnes gens sont diacres. (Dieu, c'est le théâtre du Démon !) Des, qui se croient poètes, sont chancres ; Des clochards pourraient être rhéteurs ; Il n'est que peu de savoir aux antres Où l'on le cueille, comme des fleurs ! Accumuler l'information ? - Pouacre ! Car sans pouvoir un peu s'en servir, C'est inutile ! - et c'est simulacre - (Nul n'est savant par un Elzévir) L'érudition, seule, est orpheline, Cuistrement docte, elle est un mal blanc Devant l'astuce inculte et féline De ces dons transportés par le sang ! La pensée autorisée est plate, Ecrasée ! Au verbe outrecuidant, La vivacité d'esprit éclate Parfois d'un gueux, qui rien ne prétend. Professeur ! Par ce que tu calcules, Tu te crois dépositaire des Vrais trésors ! - Mais ils sont ridicules Ces vieux ! Singes aux cerveaux ridés... Gardez-vous des ignares qu'on nie, Lettrés éventuellement vains ; Au profane il se peut du génie - Que sait-on des néandertaliens ? - Soi-disant maître, éclairé, philosophe, Ne brillant que par les livres lus, Quand le peuple moqueur t'apostrophe, Le sens-tu ? Les tiens en sont exclus ! Réfléchir ? bien sûr ! mais sans s'extraire ; L'élite ? - Fi ! Mais l'étude ? - Oui ! Apprenons ! le mot comme l'araire ! Tout acquis fait l'être épanoui.



Poème posté le 10/05/18


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.