Accueil FORUM Inscription/connexion
Thème du mois / Tous les thèmes / MELANCOLIE / De l'aurore au crépuscule

Thème du mois / Tous les thèmes / MELANCOLIE / De l'aurore au crépuscule

Thème du mois / Tous les thèmes / MELANCOLIE / De l'aurore au crépuscule

De l'aurore au crépuscule
par Polymnie2


Elle est née avec moi l’heureuse délivrance, De son étroit tunnel rampe un firmament. De ma bulle expulsé, le jour, soudainement Me prend d’assaut, me gêne, et son effervescence M’agresse, me dérange, elle me bouleverse ! Blotti contre ma mère entre-bras qui me bercent, Je suis l’élu joyeux reconnaissant mon lange Remmailloté d’amour à la douceur de l’ange. Ô gestes souverains ! Ô sourire infini ! Il éclaire sa lèvre et se fond délicat, Puis, simultanément, déborde l’inouï Dans l’impassible écho, suit son mourant éclat. L’événement passé l’existence compose Un vaste écran vermeil enrubanné d’étoiles, Lâche mon devenir comme un bouquet de roses, Quand, de son artifice, un monde se dévoile Au travers d’une épine, où l’impromptu se dresse. Mon âme façonnière en mon corps, résolue, Se montre volontaire, acclame l’absolu : -Maître à bord d’un cargo sur la mer en détresse ! - Défile un souvenir en long sillon tracé Sur mon front dessiné de rides ondulées Qui remuent l’existence, invitent le passé A raconter le fruit d’heures acidulées. Mon bien -être est dehors, celui que je retrouve Sempiternellement aussitôt que j’entrouvre Un battant de fenêtre ou la porte d’entrée. Les arômes profonds se faufilent d’emblée, M’amènent au diapré du soleil sur les champs, Du bleu lin au lys blanc, le rouge sang sauvage. Il m’est bien douloureux, d’apprécier au couchant, Ce festin coloré fondant sur mon visage. Je me regarde enfin, suis presqu’au garde-à-vous, Au pied d’un étendard pour lequel se dévoue, Avec, au creux de l’âme, un noble sentiment : La considération du don encor’fumant ! Que c’est bon ! Que c’est doux l’ivresse inopinée ! Elle est foi de l’enfance à mes jeunes années, Elle est brin d’univers pénétrant mes entrailles Rayonne autour de moi son immense éventail. La beauté de la vie en l’éternel déclin Leste aux clins d’œil heureux son regard de satin ; Derrière son décor j’ai tissé ma demeure L’extase est à son comble et mon vécu se meurt. Polymnie 2014



Poème posté le 16/02/15


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.