Accueil
Poésie libre / Les mers porteuses
Poésie libre / Les mers porteuses
Poésie libre / Les mers porteuses

Les mers porteuses
par Claudel


Après avoir déposé ses gamètes Pour zieuter l’horizon, il zygota * Ses bras Moluques pour sentir le vent ; L’Embryon, ce petit voilier, mit les voiles Vers son destin, vers une Mer porteuse. Il sonda l’air salin du Nord Avec son nez du Levant ; Il gonfla au maximum ses voiles Dans une hâte et impatience Hébrides. Sera-t-il à temps pour les Célèbes rendez-vous ? Tels un grand Tasman ou un brave Amundsen, Il croyait sa Libye audacieuse pour parcourir Les Mers et les étendues d’eau Baléares Où il trouvera sa nidation parfaite À son développement Baltique. Les mers d’Aral, d’Azov et de Bali L’attendaient au Beaufort d’Égée, ils seront Philippines à son égard et Sargasses À lui donner du Timor pour sa croissance Et le rendre Groenland et Labrador. Ses parents ont préparé dans leur Melville Un Celtique bouquet d’Antilles et de Flores Pour accueillir l’enfant des Mers Et le bercer dans leur Baffin Jaune et Rouge Avec une Crète de joie et d’amour. * Du mot zygote (œuf issu de la fécondation du gamète femelle par le gamète mâle et non encore divisé, chez l’homme et les animaux)

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / juin 2018

Poème posté le 08/06/18


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.