Accueil
Poésie libre / Édifice
Poésie libre / Édifice
Poésie libre / Édifice

Édifice
par Francois


Ah que j'avais, avec mes mots, Construit de grandes citadelles Aux portes saturées d'ombelles; Qui m'échapperaient bien trop tôt. Ce n'était pas les ports furieux Qui me faisaient souffrir. Oh, non ! J'entendais pleurer les hurons Et je m'en revenais fiévreux, Trahi par mes esprits fraudeurs. Les dunes courbes de toujours Devenaient soudain des faubourgs, Traversés de pâles lueurs Qui transperçaient les murs fragiles Des rues. Et mes pas souverains Allaient dans un triste crachin Aux gouttes fines et subtiles. J'avais assagi les haleurs Et, enfant ! Je me rejoignais Pour des jours où me revenaient Les souvenirs de la grandeur. Il n'était pas de théories, Pas de maquettes amusantes Sur lesquelles coucheraient, lentes, Les vérités de l'infini. Seulement des matins brisés, Des contraires et des démences Qui ne me poussaient qu'à l'aisance De déjà tout me révéler. Croyez-moi, Seigneur, j'ai tout dit, J'ai su les jeunesses passées, Je me suis trop vite agacé; J'ai tout renié, et tout trahi. J'ai échappé à la morale, Aux patries et aux petits peuples; J'ai sauté depuis les immeubles Et ravalé mon idéal.



Poème posté le 11/06/18


 Poète
Francois



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.