Accueil FORUM Inscription/connexion

Le Vitrail
par Gorth


Tu marches dans cette allée sur ces petits traits épais vert, jaune et marron. Au milieu de ton iris le ciel se dessine en nuances de violets et de bleu clairs d'où surgissent des tâches noires. Tu passes aux côtés d'une femme blonde aux yeux fixés sur les vitraux gris de la chapelle. La porte est à présent à porté de tes doigts, tu pousses la loure porte qui émet un grincement aigu.Le métal froid te brûle la paume qui par endroits portent des rougeurs. Tu rentres dans la chapelle mais l'entrée est béante. Le seul bruit que tu entends est un bruit irrégulier d'eau. Tu avances lentement le sol n'est plus sous tes pieds et tu tombes. Tu te rends vite compte que tu as raté une marche d'à peine dix centimètres de haut, tu te relèves. Tes yeux se rivent sur celle qui le regard discret et humide serre dans sa main un stylo plume ; probablement pas pour écrire ta chute. Tu n'es pas dans une chapelle, tes pieds sont dans l'eau. Les rayons du Soleil traversent des murs qui semblent être en plastique blanc terni et poussiéreux. Parfois allègrement l'eau se trouble sous tes pieds et tremble à la surface. Des gouttelettes de condensations se sont figés sur les murs. Tu transpires, t'affoles et t'étouffes Au travers de ce dôme de plastique, tu te rends compte que tu es dans une bouteille mais, le vitrail à disparut. Nos objets de vénérations ne sont qu'entreprise de vanités.



Poème posté le 14/03/15



.