Accueil
              
         

Coupée en deux
par Charlette


Ses parents voulaient divorcer, comme des ennemis privés de causerie, par avocats de renommée. Ils seraient ainsi désunis par un bout de papier au tampon bien encré, jusqu'aux lisières de leur vie. La fillette adorait les deux, un papa folichon, sa maman aux pardons, sans bien comprendre leurs adieux. Ils lui demandaient de choisir pour une autre maison, un bloc froid de béton, sans un beau souvenir. Elle sanglotait dans le noir, serrant fort son doudou, le seul à lui donner l'espoir d'un logis peuplé de bisous.



Poème posté le 02/04/15


 Poète
Charlette



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.