Accueil
              
         

Souffrance
par Polymnie2


La souffrance et moi ne formons qu’un ensemble Comme mon ombre elle me suit Elle est née à l’aurore de ma vie. Sans fin, elle est là, inlassable Cruelle, tenace et insatiable. Sans effroi, me rappelle que pour moi Il n’y aura jamais plus de joie. Par elle, je porte le linceul de ma vie, Sereine et forte au seuil de l’abîme Je guette encor’ les fleurs de la VIE. Tristesse, et joies, tour à tour sans fin, Si cesse le soir, l’amour du matin, Reste l’espoir d’un jour sans chagrin. Veille ma foi, mon atout divin Où s’abreuve mon amour pour toi. De mon cœur toujours aussi serein Jaillit le bonheur de n’être qu’à toi Parce que je t’aime, toi et non moi Pour ce tout que tu fus, que tu es ; Qu’importe, Si la lutte du doute et de l’espoir Finit par me tuer. 1979 Polymnie 2, ce 10 avril 2015 C'est loin ce vécu, mais je l'ai vécu grâce à mes larmes versées solitaire sur papier, sans savoir ce que c'était de poétiser. Chaque soir j'écrivais après la journée passée au bureau , et le résultat du soir faisant mine de ne rien savoir j'écrivais son ressenti. Galopaient les mots du silence que je comprends très bien qui me minent laissant un message à celui qui n'a rien vu, ni lu de mon tourment essayant de sauver l'unique à sauver!



Poème posté le 10/04/15


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.