Accueil FORUM Inscription/connexion
Thème du mois / Tous les thèmes / DANSE / Le chant du Cygne

Thème du mois / Tous les thèmes / DANSE / Le chant du Cygne

Thème du mois / Tous les thèmes / DANSE / Le chant du Cygne

Le chant du Cygne
par Polymnie2


Prose en vers Le Cygne est le nom d’une constellation très riche en étoiles qui apparaît une fois dans l’année, en juin, c’est la nuit des étoiles. Les principales forment une croix appelée : La Croix du Cygne. J’emprunte son nom pour la danseuse étoile. Se dit aussi de quelques écrivains ou poètes célèbres par la grâce et la pureté de leur style, comme par exemple le chant du cygne de Tchaikovsky, ce « beau génie près de s’éteindre » La danseuse et le compositeur forment un Beau Génie. Le chant du Cygne Sur ses pointes fourmillantes La Croix du Cygne scintillante Revêt l’habit du sortilège ; Dans ce décor, s’esquive le rêve. Musique et danse s’épousent, s’éprennent Et tout à coup, le duvet se lève Berce les ailes, caressant le solfège. Le bel oiseau étire la vie, col de cygne Vers l’infini, lance son désespoir, crie sa peine, Silence en joug, ce soir, le temps se signe. Aiguise ses pointes jouant sur partition, Respire l’oraison la blanche apparition, Cet ange qui passe et qui glisse sur l’eau, C’est le cygne qui va, traîne ses trémolos, Promène son âme, chagrine les flots. Le corps se plie, se courbe au gré du DO Tel un roseau se meut aux vibrations Tel un oiseau qui pleure son oisillon Ne danse plus, berce toute l’harmonie Aussi douce qu’est douloureuse l’agonie. Les pas de deux s’évanouissent A l’horizon du précipice. Les ailes que déployait la béatitude Tombent au ralenti prises de lassitude. Pèse l’absence, la lourde solitude ; Dans l’immense océan, ce nid d’amertume, Se troublent les perles du passé qui s’écume. Sous la tempête un grand soupir L’aria s’égrène baisant, déchire, Fuit la Grâce qui ne se résigne Au coup de sort, du sort qui la désigne. S’éteignent les lumières et revient l’ennui Au bord de ce lac où le soleil s’enfuit. Chassés croisés, croisés chassés qui durent la nuit Pèsent sur le corps blême se mourant sans bruit. A pas de fée se succèdent les piqués pointés Et les glissés qui cherchent la vie quittée. S’élance la pâleur dans sa douce simplicité Que double sa blancheur funèbre cécité Larmes de sang valsent choyées, Etouffent la source sous le tendre duvet Car dans la chair farandole le foyer, L’ami perdu, fidèle ami rêvé. Frémissent encore les ailes sous l’aria si frêle Soupire au SI, la vie, la fleur du temporel. La Croix du cygne, en signe de croix Tend le cou une toute dernière fois. Grâce et pureté s’étreignent, Beau génie vient de s’éteindre. Polymnie2, ce 26 avril 2015 Le sujet: musique et danse, c'est pour cela que j'ai joué sur les mots avec les notes en gras.



Poème posté le 26/04/15


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.