Accueil
              
         

Solitude
par Joachim


Sur le sentier tracé tu marches avec moi, Mon ami de toujours toi qui fut toujours là Dont seul les bras sans cesse ont été mon refuge Oh toi qui fut mon toit lors des nombreux déluges, Ah je nous vois encore petits et enfantins, Innocents et rêveurs jouant dans le jardin Sous l’herbe verte alors nous étions ingénus Deux gamins souriant à l’avenir perdu, Depuis plus jamais nous nous sommes éloignés Partout où je vivais tu étais mon allié, Ma cachette secrète où je pouvais le soir M’endormir gaiement à l’abris des regards De ton silence froid je me souviens la peine, Tu écoutais des nuits mes angoisses malsaines Nous avancions chacun sous la pluie incessante Cet engrais du jardin dont le fruit t’alimente, Et nous voilà tout deux déjà jeunes adultes Loin du vert, des cris, seuls les nuages s’exultent, Ah ils ont bien grossi eux aussi ces nuages Depuis notre rencontre, ils ont noirci des pages, Partout leurs poisons noirs ont ravagé les pins Colorant peu à peu l’espace et la nature Du sang se déversant par l’immense blessure Que l’orage a creusé dans le petit jardin, Il ne reste pas grand chose de l’herbe verte, Et des rires d’enfant qu’écoutait l’alouette Où perchée sur sa branche elle pouvait alors Vers les cieux le matin prendre son libre essor. Que le monde a changé quand je revois l’image Sur le sentier glacé où je marche avec toi Toi qui m’accompagna à chacun de mes pas; Fidèle compagnon de mes nombreux naufrages, J’entends ton nom, ami, sur la pente qui s’affaisse, Oh toi mon bel ami, mon ombre, ma Tristesse.



Poème posté le 02/05/15


 Poète
Joachim



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.