Accueil

De tous poils
par Louis Vibauver


Les poils, comm' c'est horripilant Ça pouss' sans arrêt, tout le temps Et partout comme du chiendent Mêm' bien après notre vivant. Sur les bras, la tête et les joues Les aissell's, le menton, le cou, Et des pattes jusqu'au maillot On en a vraiment plein le dos! Les poils, c'est pas toujours au poil A un poil près, comm' je présume Et c'est parc' que je t'aime à poil Qu'à tous tes poils, j' préfèr' ton plume Les poils, c'est un' calamité Qui nous rase le plus souvent. Dans les oreilles ou dans le nez Ils caus'nt ainsi bien des tourments. Pour sauver la face, on s'épile A perdre son temps, son argent Et c'est jusqu'aux cils et sourcils Qu'on taille sans ménagement. Les poils, c'est bien horripilant Pous qu'on s'en fasse des cheveux Et qu'avec l'un d'eux sur la langue, On perd' le fil de nos harangues. Ayez-en un au creux d' la main Et vous resterez bien en plan: Même plus épais que le crin Votre énergie est en suspens. Les poils, c'est pas toujours au poil A un poil près, comm' je présume Et c'est parc' que je t'aime à poil Qu'à tous tes poils, j' préfèr' ton plume Les poils, c'est bien désopilant: Quand par hasard, on les rebrousse, On se barbe et fort mécontent, On fait un' drôle de frimousse Pour avoir un meilleur profil On se laiss' pousser la moustache Et sans plus se faire de bile On s'imagine plein de grâce. Les poils des colliers et barbiches Dénotent beaucoup de noblesse Mais ceux des boucs, sévèr's et chiches, Méritent bien qu'on les délaisse. Les poils ainsi les plus prisés, Demeurent les beaux favoris: Comment ne pas prendre son pied Avec des pattes si jolies. Les poils, c'est pas toujours au poil A un poil près, comm' je présume Et c'est parc' que je t'aime à poil Qu'à tous tes poils, j' préfèr' ton plume Il est pourtant des poils chéris Qui forment un bien doux duvet. Dans le triangle du pubis Leur touffe est un gazon bien frais. C'est un bocage au bon cresson Qu'on foule et mâche avec plaisir: Plus que le cach'mir, le vison Ta fourrure a tous mes désirs. Les poils, c'est pas toujours au poil A un poil près, comm' je présume Et c'est parc' que je t'aime à poil Qu'à tous tes poils, j' préfèr' ton plume



Poème posté le 24/05/15


 Poète
Louis Vibauver



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.