Accueil

Case
par Pampelune


Les hommes, SOLEIL, leur vie finie. Les os leurs dent entassé, gravier sur l’eau si rare Parlent ; entends-tu ? « Demain est un coït. Le crépuscule un four centenaire. », Nous apprennent-ils. Nous sommes un pays siliceux, Les dattes des yeux dans Le pressoir du sable. Et l’huile enlarmée, continûment. La mort étreint nos bouilles comme une coupe entoure ses fruits, ses baies rouges, Et nous sommes noirs, même les blancs… Elle touche le sommet du crâne. Tout devient marbre, le dos, la main droite. Il y avait des richesses, pléthore : lumignons, et vases émaillés de la mosquée, Il y avait des mèches de coton… Zimbabwe, Burkina… Afrique noire.



Poème posté le 04/07/15


 Poète
Pampelune



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.