Accueil

Le Firmament
par Polymnie2

Highslide JS
par Bandoneon


Corps serti diamant, Ô ciel d’étranges soirs! Lorsque l’âme à tes pieds médite et vient s’asseoir, Tu cueilles tant d’aimant aux regards de la terre Que l'Astral nous saisit quand nos yeux se déterrent. Laissant choir ta beauté sur la Couche terrestre Dans ce nid endormi où s’égoutte ta sève, s'unit le globe ancré, au fin cristal séquestre, Monde silencieux vers l’Infini s’élève. Ces soirs cristallisés tremblent frileusement Sous le voile azuré qui s’étend pleinement ; Et Toi, si près, si loin, Infini firmament Te couche près de nous, chaque soir en amant. Sur cierge la lueur des cieux est sur nos rêves Et là, le Divin seul, bouleverse la trêve ; A cet ultime instant Le ciel perce la plèvre Il se fond, se confond, se suspend à nos lèvres. Polymnie, ce le 4 juillet 2015 Astral, Ciel = Mis pour Mystère Cierge = Lumière céleste Poème rectifié pour erreurs de prosodie.



Poème posté le 09/07/15


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Illustrateur
Bandoneon



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'illustrateur (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.