Accueil

Le veuf
par Hugo98


L'homme sans sourire, tire. Il traîne deux enfants, la mâchoire serrée, comme un bœuf trime au champ. Il a le regard dur, marche aux travaux, forcé. Les maillons d'une chaîne l'attachent à ses deux murs. Sa femme est morte hier. Lui reste, condamné. Il a ses deux calvaires, se sent abandonné. Personne ne lui a dit qu'un père peut être mère. Il relève la tête, observe ses enfants, et change son fardeau en deux beaux sentiments. Il rassure deux anges en leur montrant ses dents. L'homme change, il sourit à présent. Il attrape ces êtres à l'abri du manteau, deux corps enveloppés se cachent comme un cadeau. Deux murs ont eu un toit... Il devient la verrière qui protège la vie. Il est devenu mère, personne ne lui a dit...



Poème posté le 19/07/15


 Poète
Hugo98



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.