Accueil
              
         

Stress
par Alex


Le coucher du soleil caresse mes joues Et je sens une certaine oppression. Même la pluie n'éteint pas l'émotion De la nuit qui termine ce jour. Il me faut une grande force pour m'obliger D'être bien courageux jusqu'à l'aube Avec laquelle j'aimerais rester probe, Que je ne sois pas négligé. La rivière tardive de ma mémoire Porte du mal de l'ancienne polémique. Comme la lumière de la bougie cosmique Donne la réflexion du trou noir. Jusqu'à l'aube, jusqu'à son premier faisceau, Seigneur m'a puni pour me sauver Et pour sortir du chemin très mauvais. Peut-être, je mérite ce frisson.



Poème posté le 31/07/15


 Poète
Alex



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.