Accueil
              
         

Tunnel
par Stapula


Sur un vélo prêté, hors d’usage les freins, Dévalant une côte, à très grande vitesse, Je ne pus éviter, on sait leur robustesse, Une clôture, en bas, emprisonnant les trains. Le choc fut violent ; les cieux restant sereins, Les onze ans de ma vie, un seul mot : survitesse, Défilèrent, blanc pur, ô la délicatesse ! Un tunnel, de bonté tous mes pores empreints. N’ai-je pas mis en branle, aussi bien dans mon être Que dans le proche espace, une quasi fenêtre Vers l’au-delà ouverte, atomes libres, fous ? Entraînant les couleurs dans quelle sarabande, Au point de recréer, trépassés garde-fous, Avant le noir total, l’éclat... de contrebande ? Le 5 août 2015.



Poème posté le 05/08/15


 Poète
Stapula



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.