Accueil
Poésie libre / De la ville moderne
Poésie libre / De la ville moderne
Poésie libre / De la ville moderne

De la ville moderne
par Francois


Ah la télévision ; A la télévision : justice épileptique Que l'on regarde mou, comme ça, sans avis Ni recul. Convenez ! C'est une maladie Ces cartons balafrés, ces toges acétiques Qui nous disent toujours comment sera le temps Et comment sont les gens et les guerres là-bas Pendant que nous buvons de délicieux printemps. Enfin, soyez devant quand passent les ébats Des débiles joyeux en tondant leur pelouse Ou se payant - enfin ! -; le dernier cube autiste Quand d'autres viendront, par grands paquets de douze Pour renforcer leur bêtise monothéiste. Le teint blafard et moribond ou les muscles Saillants, quand ils vont transpirer sur des tapis Dans les tristes étuves qui sentent le musc. Ici les rêves sont rapides et finis, Déjà ? On passe à autre chose; c'est plus neuf Et moins cher. On vous jure ! ça change la vie ! Vous aurez du bon temps, le sourire et les joies Que l'on ne voit jamais que sur du papier sale. Vous serez dépourvus de justice et de foi Sous des cieux malheureux de pitiés impériales. Mangez aussi,du sain, du bon et du meilleur Qu'on fait venir pour vous sur le pas de la porte ! L'onirique vous parle et se fait le veilleur De vos souffrances ; gens ! Considérez-les mortes !



Poème posté le 14/11/18 par Francois


 Poète
Francois



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.