Accueil
Poésie libre / Andrea
Poésie libre / Andrea
Poésie libre / Andrea

Andrea
par Fregat


Nous étions dans l’arrière-pays grec, Sous le ciel de plomb d’un jour de vacances, La canicule nous ouvrait le bec Quand nous eûmes cette belle expérience. Enjouée et prise de compassion, D’un lumineux sourire aux dents parfaites, Andrea nous ouvrit grand sa maison Où nous pûmes chanceux battre en retraite. Le décor était vieux mais chaleureux, Grand-mère triturait des petits pois Dont les cosses entre ses genoux cagneux Tombaient dans un bac posé de guingois. En nous jetant le même regard bon, Elle faisait sa tranquille corvée, A la radio passait une chanson Que dans son dialecte elle fredonnait. La belle nous servit un vin très doux Suivi de gâteaux secs à la semoule, Sa jupe en deux va-et-vient de froufrous Mêlait l’origan à la farigoule. Dans un français un peu acidulé Elle s’enquit d’abord de nos prénoms Avant d’un peu plus loin interroger Les folles raisons de notre excursion. Nos sacs à dos et notre air exotique Émoustillaient ses interrogations, Nous répliquions de réponses comiques Guettant son rire doux comme un bonbon. Ce souvenir présumé-je effacé M’est revenu comme un vif boomerang Au restaurant hellène où je dînais… J’ai failli d’un coup avaler ma langue ! Soudain cette mélodie familière, Celle que la grand-mère murmurait, Réenflammait comme un coup de tonnerre Mes vingt ans sans rides qui sommeillaient. Et d’un éclair m’est venu l’été grec En l’an mille neuf cent quatre-vingt trois, Les petits pois, le vin, les gâteaux secs, Son jupon clair comme l'était sa voix. https://youtu.be/e_m-qFxuCDs



Poème posté le 20/11/18 par Fregat


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.