Accueil Forum Inscription/connexion
Poésie libre / L'instabilité
Poésie libre / L'instabilité
Poésie libre / L'instabilité

L'instabilité
par Lowney


[T’est-il déjà arrivé de te sentir vide ? Vide au point de ne plus savoir quoi faire de ta vie? Tu crois que ta mission est accomplie et que tu peux partir. Tu te regardes dans le miroir et tu es dégoûté de ce que tu vois, tu te déçois, tu ne te satisfais pas. Tu attends à toujours plus de toi, même si tu as atteint tes limites, tu veux encore plus. Mais tu n’as plus rien à donner, tu es exténué. Tu fais des bêtises, des choses que jamais tu croyais faire, tu as brisé une confiance, ta propre confiance. Tu n’as plus du tout d’espoir en ta personne, à qui on a ventée aux autres les bienfaits, aujourd’hui, tu n’y crois plus. Tu te dis que ce n’est que des conneries tout ça. Tu prends les compliments avec méfiance, tu les nies. Après on te dit que tu cherches l’attention, tandis que c’est loin d’être le but, tu ne cherches que toi, cette personne qui, auparavant, était une lumière, avait la joie de vivre et voyait du positif dans tout. Cette personne te manque terriblement, oui cela peut sembler égoïste, mais ce n’est pas le cas, des fois il faut prendre le temps de penser à soi. On ne le fait pas assez, trop préoccupé par les autres, que vont-ils pensés? Est-ce que c’est normal de se rendre malheureux pour ces autres êtres au dépourvu de notre bien-être, de notre santé mentale, et surtout de notre bonheur? C’est malsain, et tu le sais, pourtant, tu ne vas rien faire et rester dans cette roue de l’autodestruction, c’est comme ça que je la surnomme. On te blesse, tu doutes de toi, on dit que tu as tout pour être heureux, tu dois toujours sourire, car de nos jours, avoir mal, est signe de faiblesse, personnellement je vois quelqu’un qui a trop resté fort dans les moments où il aurait dû vider ces démons qui l’envahissaient, tu as décidé de les garder. Tu as une accumulation et bang, tout ça en même temps, rebondies dans ta poitrine, tu as du mal à respirer, à penser, à arrêter de pleurer et arrêter de trembler. Le petit pincement quotidien que tu as au cœur est plus gros que jamais. L’anxiété, ça y est, tu l’as rencontré, probablement la personne la plus toxique. Elle te détruira peu à peu, sans que tu t’en rendes compte, elle est traîtresse. Tu te soucis du moindre détail, ce qui te rendra fou, tu pleures et tu te blesses encore, tu es tellement rendu bas, tu vois? Bonne chance pour la remontée, tu es au point où tout abandonner te semble la plus simple des solutions. Tu es pénible, tu fais pitié. Les gens pensent que tu es lâche, que tu es égoïste, qu’ils ne comptent pas pour toi, que tu es paranoïaque. Sais-tu quoi, tu es un mélange de tout ça. Mais ce n’est pas toi. C’est elle qui prend le dessus sur toi, qui te change de la personne angélique et serviable que tu étais. Tu commences à te faire du mal, mais autrement. La personne qui a toujours été là pour toi, commence à en avoir ras le bol, tu lui expliques, mais tu te foires. C’est un grand chemin qui est à traverser, c’est mortel tu te dis. Tu vas devoir le faire seul, car tu es la seule personne à te comprendre, tu es la seule qui peut te venir en aide. Oui tu as le moral bas, c’est dans ces moments avec nous même qu’on en apprend le plus. Que tu as encore des choses à régler, pas seulement avec toi, tu ne veux pas y faire face car tu es rancunier tu t’es dit que plus jamais tu allais t’en faire pour les personnes qui en ont rien à faire de toi, mais il faut marcher sur l’orgueil, et te dire que ce n’est pas pour lui que tu le fais, mais pour toi. Je suis désolé du roman, je voulais mettre sur écrit ce qui me trottait dans la tête ces temps-ci, ce n’est pas facile à comprendre, je sais, même moi j’y travaille encore pour décortiquer tout cela.



Poème posté le 10/01/19 par Lowney



.