Accueil
Poésie libre / À la lumière des amours anciennes
              
Poésie libre / À la lumière des amours anciennes
         
Poésie libre / À la lumière des amours anciennes

À la lumière des amours anciennes
par Jacou


Les laisses, ces chansons de l'ancien échanson Du paysan le fils, qui, labourant son champ Chantait, ou, quoi qu'il en fisse, enfantait en sons Les rythmes de sa vie laborieuse au couchant... Les versets, déversés en des rythmes divers Tels que Claudel, ou Segalen, ou Saint-John Perse Ont versifié pour nos longues soirées d'hiver Chants portant l'Anabase en mémoire grecque ou perse... Laisse donc le poème, allons voir si les roses Ont fleuri pour cette aube, et si leurs robes rouges Valent tous les trésors de nos plus belles proses, De ces splendides vers, dans ce matin qui bouge Vois comme la journée s'effeuille en sortilèges Elle est la magicienne, à nos plaisirs dispose Referme tes livres, c'est notre privilège D'arrêter le haut soir, en appuyant sur pause... Et, quant à ce jardin de beautés si diffuses S'il ignore son aspect, il charme un rossignol Qui portera, dans toute une contrée confuse Là-bas dans les lointains, des ordres pour l'envol Rameutant, vers ce val, la quête de Perceval Oui, chevalier, écoute en moi l'écho profond Que me font, en écots, du haut de leur cheval Maints de tes confrères, jamais rentrés au fond... Oui, Lancelot, tu as ta légende à ourdir Des peintres viendront, tels les Préraphaélites Eclairer ta prouesse, ou, veux-tu l'assourdir ? Et n'être admiré que par la plus rude élite ? Tu es mon homme lige, et je suis, lors, ta Dame Cours chercher, par mon âme, un reflet du calice Dont légende s'use à n'être sue que des dames Vous, les hommes, courez, quittez nos joues si lisses ! Le lac a tout pris dans les filets qui le troublent Il capture un soleil, ainsi que d'autrent tuent Pour que l'astre du jour reparaisse, si double Je souffle la magie, fidèle à mon statut Tu diras à ton roi, Arthur, qu'il nous maudisse L'amour, vois-tu, est plus intrigant qu'un beau jour J'ai captivé Homère et Virgile, ils ourdissent Laisses et versets pour notre gloire, toujours !



Poème posté le 16/01/19 par Jacou


 Poète
Jacou



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.