Accueil
              
         

Signaler un contenu inaproprié.

Sacrilège
par Stapula


En hommage à Handicap International et à Monsieur Marc Bonnet, responsable des programmes Cambodge, auxquels je m'associe sans réserve dans leur inlassable campagne humanitaire contre les mines. Des enfants, tous les jours, sur de barbares mines Ne dormant que d’un œil au fond de leurs terriers, Plus rusées que les taupes dont on voit les quartiers, Sautent à qui mieux mieux, répandant… grenadines : Leurs sangs, avant l’ancrage en les sphères divines Ou l’enfer d’ici-bas jusqu’aux souffles derniers, Cloués dans des fauteuils ou des lits casse-pieds Où ils vont s’étioler comme fleurs en vitrines Ou bien, rafistolés, de prothèses nantis Grâce au bon populo, – pauvre Etat sans radis ! S’accrocher à la vie – martyrs des marchands d’armes Dont l’unique ressort : accroître leur trésor Les rend imperméables, insensibles aux larmes – Sans rien comprendre aux hommes pourvoyeurs de la mort. Le 15 octobre 1996. Séquences XLII (Editions Jean Grassin, 2001.)



Poème posté le 20/12/15


 Poète
Stapula



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.