Accueil FORUM Inscription/connexion

Indifferville
par Alby


La ville s'endormait sous des cierges de lune La pluie battait les flancs des maisons une à une Les rues sonnaient le creux de vieux pavés grenus Sous des hordes de pleurs, sous des pas d'inconnus Dans de vagues halos le bois des portes craque Un chat feule à l'amour sous un porche-cloaque L'entraille d'un bistrot hurle en vin son vomir La ville n'entend rien, raide et seule à tenir Tout près Sous le vieux pont Un flot trouble et languide En chuintant exhale une haleine Fétide Soudain En simple plouf et trois ronds d'eau Une vie qui se jette Au poumon bleu Du vide... Les étages guindés replient leurs orifices Sur des secrets d'alcôve offerts en sacrifices, Les toits coiffent les peurs, les soupirs, les serments, En coffrets de béton s'ensevelit le temps La ville engloutissait la mémoire inutile - Au pouls de ses parpaings toute vie est futile - Ses artères, croisait, carrefours de dédain, Gorgone indifférente au désespoir humain Les journaux parleront d'un "fait divers, en ville".



Poème posté le 01/03/04


 Poète
Alby



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.