Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie libre / Des minuits
Poésie libre / Des minuits
Poésie libre / Des minuits

Des minuits
par Madykissine


Des minuits où tout s'arrête   « Les acteurs à l'écran, maquillés comme pour Gagner, d'un parfumeur, le célèbre concours, Loin de tout, Peuvent faire carrière et monter tout en haut De l'escalier de sang, vertige de l'ego Pour les fous, Cela me donne envie de lire Maupassant Même si ce n'est plus en vogue maintenant Par chez nous. Sans doute ai-je rêvé de Zorro, de Robin Des bois, pour accepter de n'avoir dans les mains Pas un sou.   Mais je me souviens toujours Des minuits où tout s'arrête Et des crapauds dans les cours Qui se frappaient à la tête.   – Comme vous comparez ces choses différentes ! Les contes et la vie n'ont pas les mêmes pentes, Regardez : Le théâtre est écrit mais la vie ne l'est pas. Ce n'est pas la raison qui glorifie cela Du passé Mais peut-être un besoin, que le cœur tient serré, D'admirer quelque chose afin de s'exercer À aimer. N'en faites pas un malheur, un devoir de déni Car chaque fois qu'on aime, un soleil infini Va briller.   – Mais je me souviens toujours Des minuits où tout s'arrête Et des crapauds dans les cours Qui se frappaient à la tête. – Vos histoires de crapauds et vos minuits affreux N'élèvent pas le cœur au niveau de vos yeux, Loin de là... Les fables ont donné librement à penser Ce que les hommes font prête à les observer Comme ça Mais l'histoire s'écrit avec tant de retard Qu'il faut y épargner les messages de l'art, Leur chaleur, Sinon, nous serions tous transformés en crapauds De mille autres façons que ne raillait Perrault L'enchanteur.   – Mais je me souviens toujours Des minuits où tout s'arrête Et des crapauds dans les cours Qui se frappaient à la tête.   Certes, je reconnais que c'est l'agacement De voir les braves gens s'enfermer librement, Aveuglés, Qui me fait fuir de là pour une autre forêt, Pour un autre soleil, pour un autre projet, Initié Par l'envie de construire un monde plus humain – Croyez-vous l'inventer, ce nouvel incertain ? – En tout cas, J'aime le lendemain, je veux y voir grandir Les enfants conquérant un meilleur avenir. C'est cela.   Mais je me souviens toujours Des minuits où tout s'arrête Et des crapauds dans les cours Qui se frappaient à la tête. » Muse à musique volume IV DLE2016–ISBN 9782919390380

Bien à vous, en ce printemps des poètes

Poème posté le 15/03/19 par Madykissine


 Poète
Madykissine



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.