Accueil
Poésie libre / A l'abri des haies
Poésie libre / A l'abri des haies
Poésie libre / A l'abri des haies

A l'abri des haies
par Fregat


A l’âge d’or de l’inconscience, Le printemps brodé dans les yeux, Je prêtais des serments immenses Aux bois secrets et au ciel bleu. Sans grand savoir mais sans soucis, De jeux fougueux un brin mutin, Je courais débordant de vie Sur le trottoir des lendemains. Mais ce qui sentait la tendresse, Du baume le plus enivrant, Gît désormais dans la caresse D’un vent qui souffle faiblement Car sous des arbres aux torses noirs Va désormais mon existence Égarée souvent dans des soirs Où déconcertée elle pense : Bien sûr Avril reste radieux, Et l’été revient toujours blond, Il semble errer comme un adieu Pourtant déjà sur les bourgeons. Les heures ont pris la turbulence Du vent au faite de mes jours Et comme folles elles avancent Au son d’un funeste tambour. Revivre la douce insouciance… Ranimer mon Dieu cette aurore A l’abri des haies de l’enfance, Et d’un temps sans passé encore !



Poème posté le 22/03/19 par Fregat


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.