Accueil
Poésie libre / Rue des Pénitents
Poésie libre / Rue des Pénitents
Poésie libre / Rue des Pénitents

Rue des Pénitents
par Automnale


Pas un bruit. Sur un tamaris, une fauvette, Sans souci, Regarde l'étang endormi. Et la vieille bastide blanche, écrasée de soleil, Exhale ses fragrances de ranch. C'est l'heure de la sieste, De la vase qui craquelle, Des rêves en transhumance, Du silence. Un chevalier arlequin, sur une patte, Pose comme un automate. Pas un souffle de vent. Les chevaux sans selle, aux teintes de sel, Restent indifférents aux petits yeux de bille De la rainette bleue, Cette pythonisse Scrutant l'horizon et les maléfices. Un murmure Traverse la mystérieuse moustiquaire. Est-ce un frôlement de mains, De reins ? Le vol d'un éphémère Déséquilibre le héron cendré. Pas un bruit, pas un souffle de vent. Juste ce soleil plombant. Oh ! Derrière les roseaux, un crissement, Inquiétant, Glisse tel un serpent, Un pressentiment. Et pendant ce temps, rue des Pénitents, Un gitan Fredonne la mélodie du bonheur Etincelant Qui, au bord d'un étang, S'enfuit doucement. Automnale



Poème posté le 02/06/09


 Poète
Automnale



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.