Accueil
              
         

Mosaïques
par Banniange


A l’orée en pleurs Un verdier s’ébat, Les pommiers en fleur Se courbent en émoi. Les flambeaux stellaires Empourprent l’hiver, L’arbre calciné Grince de regret. Un souffle fécond Roule sur les flots, Un verbe profond Tourmente les maux, Vient illuminer, Dans les cœurs transis, L’oiseau encagé Dans l’effroi des nuits. La peur démasquée Quitte les miroirs, Va se réfugier Au fond d’un manoir. Un souffle fécond, Un verbe profond Réveillent, ravis, Les ensevelis. Sur la branche nue, L’oiseau en prière Sous son aile drue, Rêve la lumière. C’est l’ombre d’un cœur Que le vent balance Comme un bon semeur, Le temps d’une danse. Un souffle fécond Gonfle les rivières, Un verbe profond Enchante la terre.

Impressions diverses au gré d'une promenade le long d'une rivière.

Poème posté le 20/03/16


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.